Evolution de la consommation de viande fraîche en Belgique en 2013

Evolution de la consommation de viande fraîche en Belgique en 2013

La viande occupe toujours une place importante sur la liste de courses des belges. Cependant, depuis plusieurs années, la consommation à domicile de viande fraîche diminue et ce en raison de la baisse de la fréquence d’achat. Selon une étude effectuée par GfK Panelservices pour le VLAM, en 2013, la diminution de volume a été de 4,4%. Dans la catégorie viande fraîche, seule la consommation à domicile de préparations à base de viande est restée stable. Les différentes viandes ont toutes connu une diminution. Le poisson, les coquillages et les crustacés ainsi que les substituts de viande pour végétariens ont également diminué en 2013. Les volailles et gibiers ont connu une augmentation.

En 2013, la crise se prolongeant, le prix d’achat a joué indéniablement un rôle important. Seuls les produits les moins chers (viande hachée et poulet) gagnent en volume. La viande de bœuf, dont le prix a fortement augmenté, a reculé de manière significative. Le prix montre également son importance au niveau de la distribution : les supermarchés restent le canal de distribution le plus important pour la viande fraîche, mais le hard discount gagne du terrain et atteint presque 10% du volume vendu en 2013. Le boucher conserve une part de marché de 26,5%.

Le Belge est et reste un mangeur de viande. En 2013, le Belge a acheté en moyenne 21,6 kg de viande par personne (incl. congelé) et 10,2 kg de volaille et gibier (incl. congelé). Cela représente une dépense de 289,9 € par personne et par an. 99% des familles belges ont acheté de la viande, de la volaille ou du gibier en 2013, en moyenne 58 fois par an. Les achats de produits de la mer tels que poisson, coquillages et crustacés, représentent 6,2 kg (-9%) en 2013 et les substituts de viande 0,2 kg par personne (- 4,5%). La viande représente donc une part de marché de 83% par rapport au poisson, aux coquillages et crustacés et aux substituts végétariens de viande. En conclusion, le Belge préfère toujours manger un morceau de viande.

Consommation de viande fraîche à domicile en baisse de 4,4%

La consommation à domicile de viande est en baisse depuis quelques années. La volaille et le gibier sont restés plutôt stables, le poulet a même augmenté de 1,6% en 2013. Mais la viande fraîche est passée de 23,7 kg par personne en 2008 à 21,6 kg en 2012 et 20,7 kg en 2013. L’an dernier, la baisse a représenté 4,4%. La raison : une fréquence d’achat en diminution et une baisse du volume par achat. Le pourcentage de familles qui achètent reste stable. Malgré un prix moyen en hausse de 9,32 à 9,66 €/kg, on note également une baisse des dépenses de 0,9% (199,8 €/personne) pour la viande fraîche.

Cette baisse concerne aussi bien la Flandre, la Wallonie que Bruxelles ainsi que toutes les catégories d’habitants, à l’exception des jeunes couples travaillant tous les deux.

Les préparations à base de viande gagnent en importance au détriment des viandes pures

Les mélanges de viande gagnent en importance et représentent actuellement 36,6% du volume acheté de viande fraîche, soit un volume de 7,6 kg par personne. Au sein de cette catégorie, ce sont les mélanges de haché et les saucisses mélangées qui progressent essentiellement.

Vient ensuite la viande de porc. Avec une consommation à domicile de 6,1 kg par personne, elle représente 29,5% du volume de viande consommée. En raison de la baisse du nombre de familles qui achètent, de la fréquence d’achat et du volume par achat, la consommation à domicile à baisser fortement, de 6,1%. Les dépenses ont baissé moins fortement (- 3%) grâce à l’augmentation du prix moyen de 0,25 €/kg. La mignonette maigre a connu une plus forte consommation grâce à une augmentation de la fréquence d’achat.

En 2013, la viande de bœuf a connu une année difficile : la consommation à domicile a baissé de 7,9% en volume, à 5,3 kg par personne. La viande de bœuf représente un volume de 25,5% au sein de la viande fraîche. En 2013, nous avons noté une légère diminution de la pénétration (à 94%) mais la baisse de la fréquence d’achat et du volume par achat sont responsables d’une baisse du volume ces dernières années. Le prix moyen de la viande de bœuf a augmenté de 11,38 à 12,10 €/kg en 2013. La baisse des dépenses est donc limitée à 2,3%.

La consommation à domicile de viande de veau a baissé de 0,84 kg par personne en 2012 à 0,78 kg en 2013 et suit la tendance de la viande de bœuf. La baisse est à imputer essentiellement à la baisse du nombre de familles qui en achètent, de 56,5% en 2012 à 53,8% en 2013.

Le hard discount continue sa progression

Le hard discount progresse dans tout le marché du frais et également pour la viande fraîche, de 8,6% à 9,8% en volume acheté en 2013. Le hard discount reste un petit segment au sein du segment viande, mais il se développe petit à petit. Les supermarchés restent le canal de distribution le plus important en volume avec 39,6% et progresse légèrement après quelques années de baisse. Le segment boucherie continue à perdre du terrain d’année en année. En 2013, 26,5% du volume de viande fraîche a été vendu dans une boucherie. La part des petits commerces de proximité est restée stable (18%) en 2013.